Silva consolide ses racines

Texte : Jean-Pascal Videau

RECORD L’autre tour en bois d’Euratlantique est prête à s’élancer. Sa commercialisation approche à grands pas

C’est la soeur jumelle de la tour Hypérion qui lui fera face sur une parcelle à l’angle des rues Carle- Vernet et d’Armagnac, jouxtant le marché de Brienne. L’établissement Euratlantique, lors de son appel à projet en 2016, n’avait pas vraiment réussi à départager les deux propositions, et offert à Silva, placée en seconde position, un « lot de consolation ». Imaginée par les agences d’architecture Studio BellecouretArt& Build, sondesignaunpeu évoluépours’adapteràsonnouvelenvironnement, mais de manière plutôt marginale. C’est cette phase d’adaptation qui explique également le léger décalage dans sa réalisation, qui est désormais bien enclenchée.
« Nous déposons le permis de construire en avril et envisageons un début de la commercialisation des logements à partir de juillet », indique Jacques Rubio, directeur général Grand Sud-Ouest de Kaufman & Broad. Le chantier, lui, pourrait démarrer au premier trimestre 2020, ce qui laisserait espérer une livraison fin 2021. Conçu sur le même principe qu’Hypérion, ce programme mixte comprendra au total 198 logements, dont de l’accession maîtrisée et du locatif social, un immeuble de bureaux et des commerces en rez-dechaussée. Les prix dans le libre tourneront autour de 4 500 euros le m2.

Le projet initial de Silva, en 2016, était prévu pour une parcelle à côté du centre de tri postal. Il se fera finalement juste en face, toujours sur la future place d’Armagnac, avec trois bâtiments qui compteront au total 198 logements. PHOTO KAUFMAN & BROAD

80 % de bois sur 18 étages
« C’est un projet pour lequel on nous appelle régulièrement, souligne Jacques Rubio, car tout le monde est très intéressé par son aspect innovant. » Figure de proue, la tour de 57 mètres, avec sa structure primaire en colombages apparents, devrait compter 80 % de bois sur l’ensemble de ses 18 étages. La totalité des logements devraient par ailleurs bénéficier d’espaces extérieurs, avec un total de 700 m2 prévus, à l’origine du projet, de terrasses-jardins suspendus et de jardins en pleine terre.
Même si le record de hauteur que Silva représentait, avec Hypérion, à l’époque de leur présentation, a été depuis battu, les deux tours d’Euratlantique resteront des marqueurs en France et en Europe de cette course à l’innovation dans le bois.

Des chantiers plus propres
Pour Kaufman & Broad, ce programme est un élément important dans l’évolution de la société vers des bâtiments plus économes en énergie et respectueux de l’environnement, ainsi que dans la mise en oeuvre de chantiers plus propres, ce que permet le bois à l’inverse du béton, qui nécessite beaucoup d’eau. « Ce type de construction est quand même nouveau dans notre métier, rappelle Jacques Rubio, et pour le moment nous sommes encore dans la mise au point technique du bâtiment. »
Les essences locales de pin maritime devraient être privilégiées, grâce à un partenariat avec le groupement local IBS/Sacba, dont l’usine située à moins de cinq kilomètres du chantier pourra fournir les poteauxpoutres avec plancher lamellé-collé. Un autre partenaire, Techniwood, installé en Savoie, devrait fournir en particulier les cloisons. Le promoteur entend bien ensuite capitaliser sur cette nouvelle expertise pour présenter d’autres programmes en bois, à l’instar de la nouvelle direction régionale d’EDF qu’elle vient de livrer avenue Émile-Counord, près de Ravezies.

Vous pourrez aussi aimer